Les territoires

Du 7 au 9 décembre 2016, Paris accueillait le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert regroupant 75 pays membres. C’est à l’issue de ce réunion, le 9 décembre, qu’ont été annoncé les neuf territoires prenant part à l’expérimentation du projet d’ouverture des données publiques.

L’objectif de cette expérimentation consistait à rassembler des collectivités de divers tailles et réparties sur tout le territoire afin de faire face aux différents cas de figures. Ces territoires-pilotes sont composés d’une mixité de structures agissant à des niveaux différents et avec des compétences propres. Les grandes collectivités ont la capacité d’assister les petites et moyennes collectivités en apportant leur soutien financier et humain.

Les neuf territoires-pilotes sont composées de :

  • Auvergne-Rhône-Alpes au travers de la Préfecture de région en partenariat avec Annecy et Grenoble.
  • Bourgogne-Franche-Comté avec en chef de file le GIP eBourgogne, Nevers Agglomération, la Nièvre et d’autres départements.
  • Bretagne avec un groupement rassemblant la région, les Côtes d’Armor, Rennes métropole, Saint-Malo, Morbihan énergies et le syndicat mixte MEGALIS.
  • Charente-Maritime avec le syndicat mixte SOLURIS et La Rochelle Agglomération et ville.
  • Loire-Atlantique avec le département en tant que chef de file et le syndicat mixte Libertic.
  • Mulhouse Agglomération.
  • Occitanie et la Préfecture de région comme cheffe de file avec Toulouse Métropole, la région et le syndicat mixte SMICA.
  • PACA et la région cheffe de file au coté du syndicat mixte SICTIAM, les départements des Alpes de Haut-Provence et des Hautes-Alpes, Nice Métropole, le CRIGE et le FING.
  • Syndicat Mixte InfoCom’94 pour la couronne parisienne.

Carto de famille de l’opendata territorial

Article rédigé par Loïc Haÿ
Une carte interactive de l’opendata territorial a été présentée par Opendata France à l’occasion de la première réunion de restitution du projet Opendata Locale. Dans le prolongement d’initiatives plus ou moins proches (carte de l’opendata en France réalisée par l’association LiberTIC, carte uMap des acteurs de l’opendata mise à jour par le webmestre de la ville de Digne-les-Bains, ou encore Opendata Inception proposée par OpenDataSoft), cette carte vise à représenter l’ensemble des collectivités locales françaises engagées dans une démarche d’ouverture et de partage de données publiques.
A un moment clé du développement de l’opendata dans les territoires (voir les dispositions relatives aux collectivités territoriales inscrites dans la Loi pour une République Numérique), elle offre une vue panoramique sur le paysage actuel et permet de détecter les dynamiques d’ouverture de données publiques locales se propageant sur et entre les différentes strates du mille-feuille territorial.

Carte de l’open data territorial

Pour fabriquer les pièces de ce puzzle, nous avions d’abord besoin de données spatiales fraîches. Nous nous sommes appuyés sur les géodonnées diffusées par le CGET dans le cadre du concours Carte Blanche (IGN, GeoFLA 2016 pour les contours des régions, départements et communes + DGCL pour les contours des intercommunalités). Nous aurions pu tout aussi bien partir des données d’OpenFLA, mais l’écart de millésime entre les communes et les EPCI risquait de compromettre la cohérence de superposition des géométries.
Après un peu de nettoyage et de traitement (ne conserver que les communes concernées par la loi Lemaire, ajouter les territoires de la métropole du Grand Paris dans le fichier des EPCI), nous avions alors à notre disposition 5 couches de base :
  • COM : 3119 communes de plus de 3500 habitants, incluant les 45 arrondissements municipaux de Paris, Lyon et Marseille
  • EPCI : 1240 établissements publics de coopération intercommunale, hors métropoles mais incluant les territoires de celle du Grand Paris
  • METRO : 15 métropoles (penser à y basculer la CA de Tours devenue métropole en 2017 thinking face)
  • DPT : 101 départements, incluant les 5 DROM
  • REG : 13 régions métropolitaines, hors DROM
Pour composer rapidement une première version de la carte sans remettre en cause la mise à jour et l’exploitation future des tables de données associées, nous avons choisi d’utiliser Carto. Cet outil d’édition cartographique présente, entre autres avantages, la possibilité de télécharger les datasets et d’exposer leur contenu via une API.
A partir de sources hétérogènes, nous avons alors collecté, vérifié et consolidé les données concernant l’engagement des collectivités en faveur de l’opendata. En parcourant les différentes plates-formes identifiées, nous avons pu, quand l’information était disponible (à propos, contributeurs, partenaires, organisations, etc), ajouter les collectivités utilisant une même plateforme (mutualisation), à l’exception des quelques communes de moins de 3500 habitants écartées du panel (par exemple, Brocas, pour citer un exemple bien connu).

Communes partenaires de la plate-forme de Toulouse Métropole ayant délibéré en faveur de l’open data

Sur la base de ce recensement, nous avons été en mesure de produire une visualisation du paysage de l’opendata territorial sous la forme d’une carte choroplèthe cliquable combinant les 5 couches de collectivités locales. Le choix de ce mode de représentation, même s’il entraîne une distorsion liée à la surface des territoires représentés, réside dans la possibilité de superposer tout ou partie des couches en transparence pour faire apparaître une intensité d’engagement (couleur verte) des différentes strates de collectivités sur une zone délimitée.

Exemple de lecture en couches superposées dans les Côtes d’Armor

Pour compléter le tableau, nous avons ajouté une 6ème couche pour représenter, sous la forme de points de couleur, les acteurs qui, dans les 9 territoires pilotes, participent au projet Opendata Locale. Cette couche ponctuelle permet de distinguer les deux niveaux d’engagement dans le projet (Animateur Territorial des Données ATD en bleu foncé, Expérimentateur Territorial des Données ETD en bleu clair) et de situer ces animateurs et expérimentateurs dans le paysage actuel de l’opendata.
Pour aller un peu plus loin, nous avons enfin réutilisé les données entreposées dans la base de Carto pour construire, via son API SQL, un prototype de tableau de bord dynamique avec Freeboard. Ce prototype permet d’effectuer un décompte automatisé du nombre de collectivités locales engagées dans une démarche opendata en ajustant le mode de calcul pour remédier aux incohérences des géodonnées initiales (associer les tables epci et métropoles pour le décompte de l’opendata intercommunal, soustraire les arrondissements municipaux pour le décompte de l’opendata communal).

Tableau de bord de l’open data territorial : décompte dynamique du nombre de collectivités locales engagées

Cette première itération a pour objectif de préfigurer et de partager ce que pourrait être un observatoire de l’opendata territorial. Elle implique dès aujourd’hui d’explorer quelques pistes d’amélioration :
  • Créer des formulaires de remontée d’informations pour faciliter la mise à jour des données,
  • Ajouter les ETD absents de la couche Opendata Locale (en cours),
  • Compléter les données d’observation pour mieux décrire le paysage : solutions techniques utilisées par les plateformes, url d’api quand elle existe, mutualisation, présence sur data.gouv.fr (page organisation), présence d’une IDG (notamment pour les régions et les départements), etc.,
  • Ne plus seulement cartographier les territoires opendata (géographie) mais aussi représenter l’infrastructure des données locales sous-jacente à partir de l’identification et de la qualification des plates-formes utilisées (réseau),
  • Automatiser la collecte de données d’observation plus qualitatives en reliant la cartographie de l’infrastructure des données locales à la démarche de standardisation qui guide les travaux autour du socle commun de données locales.