Le planning

Les six phases de l’expérimentation OpenDataLocale

 

Le travail effectué auprès des animateurs territoriaux de la donnée se divise en six phases. La première phase est quasiment finalisée et a requis beaucoup de temps et de ressources en raison de son ampleur. Il s’agissait de fournir les moyens pour chaque territoire pilote de  « Devenir un territoire open data locale ».

La deuxième phase concerne la publication effective d’un ou plusieurs jeux de données. Cette phase sert à créer et partager la méthodologie de publication simple des données, l’hébergement des données. Elle vise à donner des solutions légères pour publier des données et à fournir des réponses simples aux questions fréquentes : quelles données ? Où ? Combien cela coûte ? Combien de temps cela prend ? Cette seconde phase est en lien étroit et doit se synchroniser avec la partie du projet portant sur la définition du socle commun de la donnée.

La troisième phase concerne toujours la publication, mais avec une nuance : il s’agit d’être en mesure de le faire à plus grande échelle et d’être capable d’accompagner une autre collectivité dans l’open data en produisant des documents qui facilitent la démarche aux autres acteurs. En effet, il ne s’agit pas de faire de l’open data pour l’open data, ou de publier quelques jeux et de passer à autre chose, mais bien d’être en mesure d’en publier des dizaines.

La quatrième phase vise à partager la culture des donnée au sein de l’organisation, en optant pour une meilleure gestion des données (mutualisation, suppression des doublons, améliorer la clarté des jeux de données en interne, de savoir ce qui est accompli par les autres agents ou collectivités).

La cinquième phase consiste à apprendre à utiliser ses données pour mettre en valeur les politiques publiques déployées par les élus. Cette mise en valeur peut se traduire par la publication détaillée des menus des cantines scolaires avec les listes des produits utilisés, les filières et les allergènes.

La sixième phase enfin quant à elle sera portée sur la communication des actions open data. Cette dernière phase aura pour intérêt de développer les interactions entre les services internes de la collectivité et surtout sur le territoire, vers les associations, les habitants et les entreprises afin de déterminer de quelle manière tous pourront être intégrés au processus de participation.